Philippe Bohrer, un Alsacien à l’Élysée

Elysée Philippe Bohrer
Portraits

À la table des présidents

Un Alsacien à l’Élysée

 

Le Palais de l’Élysée est la résidence du chef de l’État et le siège de la présidence de la République Française. C’est également un outil diplomatique à l’occasion des dîners d’État. Dîners ou déjeuners de travail, dîners officiels et dîners d’État ou de gouvernement étranger rythment ainsi la vie des équipes des cuisines du « Château ». Une vie d’exigence et d’engagement que découvrit et que partagea un jeune appelé du contingent nommé Philippe Bohrer.

 

 

Salle des fêtes de l'Elysée

Secrets d’États gastronomiques
L’Élysée est une extraordinaire vitrine internationale pour le savoir-faire et le prestige de la France dans le domaine du savoir recevoir. Tous les services qui s’y déroulent se doivent de « vendre » au mieux la France et mobilisent dans l’ombre des dizaines de professionnels : intendants, argentiers, lingères, fleuristes, sommeliers, maîtres d’hôtel, huissiers, cuisiniers, pâtissiers et cavistes.

En 1980, Philippe Bohrer fait partie de la brigade de Paul Bocuse et doit faire son service militaire. Une nuit, il fait un rêve et se voit dans les cuisines de l’Élysée. Il cherche dès lors à le réaliser et y parvient. Il devient l’un des quatre « appelés » à intégrer le prestigieux palais. Qui allait d’ailleurs changer d’hôte peu après.

De VGE à Mitterrand
En mai 1981, Valéry Giscard d’Estaing perd l’élection, et le protocole très bien huilé qui l’accompagnait aussi. Celui de François Mitterrand, après quelques flottements, se met rapidement en place. « Cela ne pouvait que changer. Les goûts de ces deux hommes et leurs façons de faire étaient très différents. Mais l’adaptation a été très rapide. » confie notre cuisinier.

La chance du jeune Philippe Bohrer a été cette transition : « De juin à septembre 1981, nous avons reçu tous les chefs d’état d’importance. Je n’ai pas été impressionné par les hommes ou femmes – Margaret Thatcher en l’occurrence – invités. Plutôt par leurs services d’ordre : un goûteur pour Anouar el-Sadate [le Premier ministre égyptien fut assassiné en octobre1981, ndlr], les hommes du Secret Service pour protéger Ronald Reagan. Un chef américain surveillait tout ce que je faisais. Les plus impressionnants, au niveau de leurs dispositifs, c’était vraiment les Américains. »

Le chef alsacien avoue avoir été plus émerveillé qu’impressionné
par la vie élyséenne. « Ce qui est drôle, c’est que presque 30 ans plus tard, en 2009, je venais tout juste de racheter le Crocodile à Strasbourg et, à ce titre, j’ai presque immédiatement enchaîné avec des repas de chefs d’états, avec le sommet de l’OTAN qui s’est déroulé à ce moment-là au Palais des Rohan. Ça m’a permis de me retourner et d’observer le parcours de ce commis de 20 ans qui en voulait. C’est plutôt un beau chemin, mais je reste très humble. J’ai travaillé et ça a payé. »

Plat Philippe BohrerUn retour au pays mouvementé
L’incendie qui ravage l’affaire familiale en septembre 1981 à Rouffach lui fait quitter l’Elysée. Les parents de Philippe Bohrer acceptent de reconstruire à condition qu’il reprenne l’affaire. Le temps qu’À la ville de Lyon sorte de terre, il rencontre son mentor : Bernard Loiseau. « Et j’ai galéré. Pendant dix ans, j’ai vraiment ramé. L’aspect positif, c’est que ramer de la sorte forge un mental à toute épreuve. J’étais vraiment seul. Et c’est dur mais c’est une excellente école ».

À la ville de Lyon
Du bistrot de campagne, Philippe Bohrer a fait un petit complexe hôtelier de 48 chambres 3 étoiles, avec un restaurant gastronomique et une brasserie. La perte de l’étoile Michelin il y a quelques années l’a touché à titre personnel mais la fréquentation n’a pas accusé de baisse. Mieux, elle est en hausse, dans la brasserie, le restaurant gastronomique et l’hôtel. « Notre table est encore meilleure qu’à l’époque », promet celui qui aime se voir en aubergiste. Et cette bonne nouvelle favorise des projets. « Nous allons créer 30 chambres en 5 étoiles et un spa. J’espère une ouverture début 2019.» Le rendez-vous est d’ores et déjà pris.

 

 En savoir +
À la ville de Lyon
Restaurant Philippe Bohrer
1 rue Poincaré- 68250 ROUFFACH
03 89 49 62 49
www.alavilledelyon.eu

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires